Cybersécurité

La technologie Cailabs sécurise physiquement les fibres optiques

Les fibres optiques sont devenues un vecteur de communication universel. La quasi-totalité des informations, y compris confidentielles sont échangées au travers de ces réseaux optiques.  Alors que la protection des données des individus, des organismes et des entreprises est un sujet de préoccupation considérable, peu de gens savent qu’il est relativement aisé d’intercepter le signal dans une fibre optique. Une simple torsion de la fibre, à l’aide par exemple d’une pince optique, permet de récupérer une portion de la lumière qui, une fois décodée, contient toutes les informations échangées par les utilisateurs en temps réel.

 

Il est donc nécessaire de sécuriser les réseaux de communication, et ce, d’autant plus que l’information échangée est confidentielle. La technique habituelle consiste à crypter numériquement les données, mais cette approche a pour conséquence de limiter le débit si l’on cherche à atteindre de très haut niveaux de sécurisation et s’avère souvent coûteux. En parallèle, de nombreux réseaux locaux déjà déployés utilisent des fibres optiques multimodes qui sont limitées en débit. Ces derniers ne peuvent donc pas se permettre des niveaux de codages trop importants sans impacter fortement la vitesse des échanges.

 

Le projet SIFOM, soutenu par la DGA et développé conjointement par Cailabs et notre partenaire Ekinops, a pour but de développer une solution permettant de :

  • Rénover des fibres optiques multimodes en augmentant leur débit jusqu’à 4×10 Gbit/s.
  • Protéger physiquement les données confidentielles dans les fibres optiques par obfuscation modale.
  • Détecter les tentatives d’intrusions dans les réseaux optiques.